Les lunettes ont déjà des siècles

Les lunettes ont déjà des siècles

L'embarras du choix

Il est compréhensible que la monture soit pour de nombreux porteurs de lunettes une affaire plus importante que les verres. Ce sont elles qui modifient finalement le visage et le look. Bien que l’on pourrait écrire des bouquins entiers sur les montures, elles ne sont évoquées ici que parce qu’elles ont une influence directe sur l’optique oculaire.

  • Fondamentalement, on trouve un verre approprié pour pratiquement chaque monture et genre de correction désirés
  • Les grands verres permettent un champ visuel plus grand que les petits
  • Les grands verres sont beaucoup plus épais et lourds que les petits (voir page 3, relation, grandeur et épaisseur du verre)
  • Un bord de monture épais restreint la vision latérale d’avantage qu’un bord mince
  • Les montures sans bord exigent des matériaux pour verres de lunettes résistant à la casse (CR39 ou polycarbonate)

Propriétés fondamentales des verres de lunette

Les verres de lunettes, tout comme les lentilles de contact, travaillent selon les mêmes principes optiques par lesquels les rayons lumineux sont focalisés ou divergés. Ils peuvent ainsi être guidés.

La nature des matériaux (verre minéral ou organique) n’a, fondamentalement, que peu d’influence sur l’optique physique. Les deux matériaux ont chacun leurs avantages.

Verres minèraux

  • Grand domaine d’indices de réfraction, de n = 1,5 à n = 1,9: Possibilité de corriger avec des verres minces également des amétropies fortes
  • Grande dureté des surfaces: Très résistant aux rayures, donc bonne longévité du verre
  • Bonne fusion des différents matériaux: Pas de rebord pour les verres bifocaux et trifocaux
  • Bonne possibilité de collage des matériaux: Possibilité de verres multicouches (= plusieurs couches de verre superposées) et segments de vision de près collés, par exemple en cas d’effets prismatiques différents pour près et loin.

Verres organiques

  • Domaine d’indices de réfraction, de n = 1,5 à n = 1,74: Possibilité de corriger des amétropies plus fortes à l’aide de verres relativement minces
  • Faible poids spécifique: Les lunettes sont légères et agréables à porter
  • Grande résistance à la casse: Particulièrement appropriés pour le sport et les lunettes d’enfants
  • Faible dureté de la surface: Une couche durcie est nécessaire pour atteindre une dureté semblable à celle du verre minéral

Les verres ou lentilles sphériques sont identiques dans toutes les dimensions. Si la courbure est différente entre surfaces antérieure et postérieure, on parlera de verres, resp. lentilles asphériques. Ce type de verre est plus mince et léger.

A effet optique identique, c’est l’indice de réfraction (n) d’un verre qui décide des épaisseurs centrale et du bord. Il est dépendant de la composition du matériau du verre: les substances additives dans les matériaux permettent d’atteindre des indices de réfraction plus élevés. Pour les verres forts, cela peut occasionner une légère dispersion au bord du verre. La plupart du temps celui-ci n’est toutefois pas perçu comme une gêne (comme les effets de couleurs pour les vases en cristal).

Puissance en dioptries des verres de lunette

Distance focaleDioptries
0.5 mètre 2,00 dpt
1 mètre 1,00 dpt
2 mètres 0,50 dpt
4 mètres 0,25 dpt

Relation grandeur et épaisseur

Pour son effet optique spécifique, un verre de lunettes à toujours une relation clairement définie entre ses courbures antérieure et postérieure. Si l’on agrandit le verre, il devient automatiquement plus épais (et, parallèlement, plus lourd).

Anti-reflets et teintes

Comme n’importe quelle surface lisse, le verre de lunettes réfléchit également la lumière incidente. C’est pourquoi la plupart des verres possèdent aujourd’hui des couches anti-reflets. Leur effet: Pas de reflets gênants pour le porteur de lunettes, et son interlocuteur voit ses yeux et pas seulement des reflets déformants. Pour les automobilistes, les verres anti-reflets sont un must. Une légère teinte du verre peut rendre la vision plus agréable et/ou créer un effet tendance.

Verres multi-foyers

Un verre offre – à part une éventuelle correction astigmatique – une correction déterminée. En fusionnant (verres minéraux) ou composant (verres organiques) des lentilles supplémentaires dans le verre, il est possible de réaliser des verres à deux ou trois corrections (bifocaux, resp. trifocaux).

Les lunettes bifocales offrent une correction pour la myopie, resp. l’hypermétropie, ainsi qu’une « fenêtre » pour la distance de lecture. En changeant de la vision de loin pour celle de près se crée un léger saut d’image auquel le porteur s’habitue. Ce saut peut être atténué en ajoutant une zone intermédiaire (verre trifocal). Dans ce cas de figure, l’œil et le système visuel ont besoin d’une certaine habitude jusqu’à ce que le regard se réalise sans efforts à travers ces différents éléments.

Verres progressifs

Sur les lunettes progressives, le zone de distance, généralement grande, passe progressivement, sans saut d’image, à la zone de près. Dans la zone progressive, la correction s’adapte en continu. Même un aphaque (p.ex. suppression chirurgicale du cristallin après un accident) peut voir net à toutes les distances à l’aide de lunettes progressives. Selon la manière dont il baisse le regard pour voir quelque chose de près, il trouvera sa zone idéale.

Le champ visuel de près étant plus étroit que sur un double-foyer, les verres progressifs demandent une certaine durée pour l’accoutumance. L’expérience et un grand nombre de porteurs montrent toutefois que le système visuel est généralement très capable de s’adapter.

Les lunettes progressives exigent de l’opticien la perfection absolue. Cela va de la réfraction (examen de la vue), en passant par la prise des mesures, jusqu’à l’ajustage final des lunettes.

Il y a progressif et progressif
Les consommateurs s’étonnent à chaque fois en voyant des offres avec de telles différences de prix pour les verres progressifs. Mis à part un marché libre permettant naturellement des marges différenciées, c’est la plupart du temps la qualité d’un verre qui fait la grande différence de prix.

Les verres bon marché de la première génération sont équipés de zones de près et de loin fixes auxquelles le porteur doit plus ou moins fortement s’habituer.

Les différents fabricants de verres offrent progressivement des verres pour une utilisation de plus en plus confortable et flexible. Aujourd’hui, cela va jusqu’à une finition individuelle qui réduit le temps d’accoutumance quasi à zéro.

Verres spéciaux

Il va de soi que l’optique oculaire réalise également des verres spéciaux pour tout une série de cas particuliers, comme par exemple:

  • Verres protecteurs corrigés pour les exigences les plus diverses (protection contre les chocs, les étincelles, les UV)
  • Verres prismatiques pour la correction des hétérophories (strabisme latent)
  • Verres de cataracte en cas d’absence de cristallin (rare aujourd’hui)
  • Filtration de couleurs: filtre spécifique pour certaines couleurs pour les amétropes, c’est-à-dire des personnes qui ont une acuité visuelle réduite malgré une pleine correction (basse vision)
  • Verres polarisants pour les sportifs de disciplines aquatiques, les pêcheurs et les marins.