Le sens de la vue 2

Nous allons nous intéresser à la manière que notre cerveau analyse l’image et comment certain animaux on développer la vue.

Pour rappel, nous avons vue est que nos yeux enregistre des images dont le centre est nette, contrasté, coloré et d’une très bonne résolution. Au fur et à mesure, que l’on va s’éloigner du centre on va perdre en information de couleur, en résolution, mais pas en intensité lumineuse et en netteté. C’est ce qui fait que dans l’obscurité, on voit en noir et blanc. On voit dans l’obscurité avec notre vue périphérique. Une expérience toute simple à faire de nuit est que lorsque vous observez les étoiles, celle qui sont de très faible intensité sont mieux perçue lorsqu’on ne les regardent pas directement mais du coin de l’oeil. 

Qu’est ce qui fait que je ne voit pas la vie comme mon oeil ?

Et bien, pour gâcher le suspens, c’est le cerveau qui nous permet de voir partout avec une image colorée et et bonne qualité.

Tout d’abord, les photorécepteurs de la rétine(cônes et bâtonnets), lorsqu’ils sont stimulé par une sensation lumineuse, ils envoient une information électriques vers le nerf optique. Petite parenthèse, la rétine n’a pas de terminaison nerveuse de la douleur. La conséquence notable, est que si nous nous amusions à regarder le soleil directement, nous nous brûlerons la rétine sans avoir la sensation de la brûler. Donc si on le fait, on va s’endommager la vue, potentiellement définitivement sans avoir eu mal. Ne le faite pas…

Quand on filme avec une caméra numérique, l’image se forme sur le capteur. Le capteur est formé d’une matrice, une grille de cellule photosensible. Le nombre de capteur en long et en large détermine la résolution de l’appareil. On pose sur les capteurs une couche de filtre vert, bleu et rouge permettant de capter la couleur. Ainsi un capteur, derrière un filtre vert, ne capte aucune information, c’est soit qu’il n’y a pas d’intensité lumineuse du tout, soit qu’il n’y a pas de lumière verte à capter. 

Pourquoi on a des capteur bleu, vert et rouge ?

De la même manière que nous avons des écrans de télé ou d’ordinateur, on des pixels bleu, vert et rouge. C’est que nos cônes, on en a trois, spécialisé pour capter soit le bleu, le vert ou le rouge. Ils s’appellent les cônes cyanolabe pour le bleu, chlorolabe pour le vert et heritrolabe pour le rouge. 

Donc en alignant des récepteurs bleu, vert et rouges on peut capter toutes les couleurs du spectre visible ! Cette arrangement de capteur bleu, vert et rouge s’appel une matrice de Bayer. On y reviendra plus tard… s’appel Sur un capteur de votre caméra, vous pourrez constater qu’il y a deux fois plus de cellules sensible pour les verts, et la même quantité pour le bleu et le rouge. Ce n’est pas liée au hasard, mais à notre oeil qui est lui capable de percevoir une quantité de nuance de vert phénoménales. 

Parenthèse sur son créateur

Brice Bayer, employé chez Kodac à inventer cette arrangement de capteur bleu, vert et rouge et cette matrice porte son nom. La matrice ou mosaïque de Bayer. L’ironie dans l’histoire est que Kodac n’avait jamais crue au développement du numérique, ils pensaient que nous allions toujours avoir besoin de développer nos photos sur papier. N’ayant jamais fait les adaptations nécessaire pour prendre ce virage, Kodac n’existe plus aujourd’hui.

Dans un appareil photo numérique ou votre natel comment ça se passe.

Si nous prenons une photos, le capteur transmets chaques informations de chaque cellule photosensible. Les bonnes caméras peuvent transmettre jusqu’à 22 millions d’information ou de pixel. Toutes ces informations sont reçues et traités ligne par ligne, en l’espace de quelques microsecondes.

Du coup le cerveau, lui il fait comment pour traiter l’information d’environ 6 millions de cônes et environ 100 millions de bâtonnets, par oeil ?

Ce qu’il faut savoir est que la rétine est composée de plusieur couches. Sur la couche la plus externe, on trouve nos cônes et nos bâtonnets. Sur les couches plus interne on trouve des neurones un peu particulier, que l’on appel les cellules ganglionnaires de la rétine. Ce sont ces neurones qui vont se rejoindre pour former le nerf optique. Environ 1.2 millions de neurones par oeil. Ce qui signifie, si on fait le calcule, approximativement chacun de ces neurones traite l’information d’une centaine de cône et de bâtonnet.

Le nerf optique est composé de plus 1 million de fibre nerveuse qui envoie l’intégralité de l’image captée par un oeil en même temps. Et tout ça multiplié par deux, vu que l’on a deux yeux.

Pour chaque oeil, on peut séparer ce gros paquet de fibre nerveuse en deux. Le premier paquet pour la partie gauche de notre oeil, et le deuxième paquet pour la partie droite de chaque oeil.

Tout ça se dirige vers le centre de notre crâne en dessous de notre cerveau, dans une partie appelée le chiasma. A cette endroit là, les informations vont se croiser. Tout ce qui vient du côté droit des deux yeux, va du côté droit du cerveau et tout ce qui vient du côté gauche des deux yeux va du côté gauche du cerveau. Du côté gauche de notre cerveau sont donc traité toutes les informations provenant des côtés gauches de nos deux yeux et pareil pour le côté droit. 

Sauf que, l’image qui s’est constitué dans le fond de notre oeil, exactement comme dans une chambre noir, c’est une image renversée. Attention ça devient très compliqué à comprendre, puisque tout ce qui se trouve dans votre champ visuel à droit est traité par la partie gauche de votre cerveau et tout y est mis la tête en bas et les pieds en haut… (je vous avais prévenu)

Cherchons encore plus la petite bête… Certaines fibres de notre nerf optique sont redirigée à d’autre endroit de notre cerveau afin d’avoir un traitement beaucoup plus immédiat de l’information visuel. Ces fibres vont vers l’hypothalamus dans le noyaux suprachiasmatique et une zone de notre cerveau qui gère notre horloge biologique interne. Ce qui va faire que l’intensité lumineuse captée, avant même que l’image soit traitée, va donner une information à cette horloge sur le cycle de jour et de nuit. 

Mais c’est pas tout ! Certaines fibres vont se diriger vers le pretectum qui lui est en charge de tout ce qui est réflexe de la pupille et du mouvement spontanée de l’oeil. C’est de là que vient l’information qui fait que la pupille s’ouvre et se ferme par rapport à l’intensité de lumière et nous fait bouger très rapidement notre oeil. A ce sujet, les muscles les plus rapide de votre corps sont pas ceux de votre bras ou de votre jambe, mais belle et bien les muscles vous permettant de déplacer votre regard, comme pour apercevoir le ballon de foot qui vous arrive sur la tête. 

Il y a aussi 10% de tous les axones ou fibres nerveuse formant le nerf optique, qui se dirigent vers le colliculus supérieur. Lui aussi situé au plein centre de notre boîte crânienne sous notre cerveau. Son rôle majeur est de diriger notre regard et notre attention sur des objets considérés comme d’intérêt. L’image n’est pas encore vraiment traité, c’est un réflexe spontané et immédiat. Dans un sens il courcircuite complètement le rôle du cortex visuel. C’est là que se joue les mouvement oculaire les plus rapides. Son voisin est le colliculus inférieur qui lui s’occupe de l’audition et ensemble ils se parlent.

Nous avons parlé des 10% des fibres du nerf optique, et que ce passe-t’il avec les 90% autres ?

Toutes ces fibres se dirigent vers le corp genouillé latérale ou corp géniculé latéral, qui est le principal relais entre la rétine et le cortex visuel. Le corp genouillé latérale droit et gauche est composé de six couche de cellules qui séparent les information provenant du champs visuel. On se laisse à penser que les corps genouillés ont un rôle bien plus important que ce que l’on imaginait. Car à lui seul il pourrait être responsable de l’affectation de la vision dû à notre état mental.  

De la les fibres partent vers le cortex visuel, c’est ici que l’image est traitée. Ce qui est le plus incroyable est que nous devrions avoir une images extrêmement net et 

La vision des animaux.

Concernant la pupille nous pouvons facilement faire une distinction entre les animaux diurnes et les animaux nocturnes.

Les nocturnes on besoin de faire rentrer plus de lumière dans leurs yeux, donc il on une pupille ronde et large. Comme notre pupille dans l’obscurité est ronde et large.

Pour les animaux nocturnes qui émergés le jour, on trouve en générale une pupille en fente verticale, c’est le cas des reptiles 

Chez les mammifères des pupille en fente verticale que chez les chats certains renards et le loire. Mais un chat dans l’obscurité aura des pupilles bien ronde et grande. 

Les am

Le nerf optique est comme  


Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *